Murièle Roos, Femme Majuscule

Murièle Roos a imaginé et fondé le magazine Femme Majuscule en 2011. Il est dédié aux femmes de 45 ans et plus qui souhaitent se reconnaître dans un magazine qui leur ressemble.

Comment est né le magazine Femme Majuscule ?

J’ai créé Femme Majuscule car à l’aube de la cinquantaine, comme beaucoup de mes contemporaines, je ne me reconnaissais pas dans le panorama de la presse féminine qui m’était proposé. Loin de nous l’idée de ressembler à des midinettes ou d’être les rivales de nos filles, et tout aussi loin de nous l’idée d’être des séniors asexuées comme le suggère parfois ce mot… Nous sommes juste des femmes conscientes de notre expérience et toujours désireuses de comprendre, de découvrir, aimer, rire, d’être belles et bien dans notre âge. Ce magazine est vraiment fait pour nous par des femmes comme nous. Au travers de la diversité des sujets qui couvrent la mode, la beauté, les questions de société, la psychologie, la santé, l’art de vivre, Femme Majuscule ouvre le dialogue avec nous et nous donne des informations pour nous accompagner dans nos choix, nos questions mais aussi nos bonheurs et nos fous rires. J’ai voulu faire de Femme Majuscule le magazine de cette nouvelle génération de femmes qui abordent la cinquantaine pleines d’allant, fortes et fières de leur expérience, mais aussi avec humour et avec une réelle envie d’inventer une nouvelle étape de la féminité.

Qui sont vos lectrices?

Nos lectrices sont des femmes qui ne se retrouvent ni dans les codes du jeunisme à outrance, ni dans ceux du troisième âge et se sentent différentes de la génération de leurs mères, d’un point de vue professionnel, physique, financier ou encore sexuel… Des femmes bien dans leur âge, bien dans leur peau, bien dans leur vie, des femmes «vraies» qui s’assument pleinement, sont dans la plénitude de leur accomplissement et qui ont justement envie d’être reconnues comme des actrices à part entière de la vie sociale et professionnelle. Nos lectrices s’approprient le magazine et se définissent elles-mêmes comme des Femmes Majuscules.

Comment choisissez-vous le contenu d’un numéro de Femme Majuscule ?

Nous essayons de répondre aux attentes des femmes, à leurs interrogations, à leur soif d’analyser, d’apprendre, de découvrir, de partager, de voyager, de prendre soin d’elles et de rester actives dans une société qui glorifie la jeunesse. Les sujets développés proposent des pistes d’action, de réflexion et d’ouverture à un nouveau modèle qu’il convient d’inventer et de mettre en place. Ni pessimiste, ni angélique, Femme Majuscule apporte un regard «vrai», mature, ouvert et constructif sur des sujets aussi sensibles que « Comment retrouver un travail après 45 ans », ou «Sommes-nous condamnées au jeunisme ? ». Il est aussi le relais de témoignages de femmes telles que Victoria Abril («Je me sens plus libre qu’à 20 ans»), de Carole Bouquet (« Nous ne sommes pas obligées de nous laisser dicter un comportement. On peut le refuser ») et de Liane Foly, qui confie ses espoirs, sa vision des femmes et du monde.

Vous présentez régulièrement des vêtements Madeleine. Qu'est-ce qui vous plaît dans les modèles proposés par Madeleine?

Les femmes photographiées pour le magazine – célébrités ou anonymes – ont toutes plus de 40 ans. C’est un parti pris éditorial assumé avec fierté mais sans forfanterie. Et c’est bien sûr le cas dans nos pages mode. Du coup, nous choisissons des vêtements portables et chic qui correspondent aux silhouettes des Femmes Majuscules. Nous privilégions des pièces bien coupées, dans de belles matières, tout en restant dans un rapport qualité-prix abordable. Ce sont ces qualités que nous apprécions tout particulièrement chez Madeleine. Nous trouvons que la marque sait nous proposer des valeurs sûres qui nous mettent en valeur quelle que soit notre taille, avec pour résultat que l’on se sent belle et sûre de soi.

Quelles valeurs défendez-vous à Femme Majuscule? Les retrouvez-vous chez Madeleine?

Nous défendons l’idée qu’avec la maturité les femmes savent allier le Style, le Sens et l’Esprit. C’est notre credo et ce que nous essayons de démontrer dans chacun de nos numéros en choisissant d’aborder des sujets qui font appel autant à la réflexion qu’à l’émotion. Nous nous adressons à toutes les lectrices plutôt qu’à un petit groupe de privilégiées. Et, surtout, nous montrons les femmes telles qu’elles sont et non telles que la société voudrait les formater, d’une manière lisse, parfois désincarnée, presque toujours manichéenne. Lorsqu’il s’agit de mode, nous mettons les femmes en valeur avec leur style propre. C’est ce que nous permet une marque comme Madeleine, qui propose une large palette de modèles qui ont toujours en commun de nous permettre d’avoir de l’allure en tirant le meilleur parti des atouts que chacune d’entre nous possède.

Que pouvez-vous nous dévoiler du prochain numéro de Femme Majuscule?

Nous ferons un point sur les chaussures à porter au printemps... avec une paire de peep toes MADELEINE.. Et plein d'autres choses encore !